10 février 2017

Fassbinder : La mort en fanfare

  Je ne connais pas grand-chose de Fassbinder, j'ai vu ses films les plus connus, les plus classiques : Lili Marleen, Le mariage de Maria Braun, Lola une femme allemande...   Et puis bien sûr la réputation sulfureuse du gars, sa vie chaotique, passée à filmer et à filmer encore. Mort à 37 ans, 43 films, ça laisse pantois... Le livre d'Alban Lefranc s'avère une formidable porte d'entrée vers l'univers houleux du cinéaste, et c'est aussi un livre tout à fait singulier et personnel. Sous-titré Roman, ce texte inclassable... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 février 2017

La succession de Jean-Paul Dubois

Les premières pages s'ouvrent sur l'évocation du bonheur perdu, sur quelques années parfaites passées à Miami par Paul, joueur de pelote basque et narrateur du récit. Le roman s'achève sur le désespoir le plus noir, le poids de la fatalité ayant rattrapé Paul à l'âge de 44 ans. Il se dégage ainsi de ce roman une infinie tristesse, une atmosphère délétère et morbide qui m'a laissée toute chose longtemps après sa lecture. J'ai assisté avec empathie et révolte au lent naufrage de Paul Katrakilis, le personnage du roman, englué dans le... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 15:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
04 février 2017

Tropique de la violence de Nathacha Appanah

  Tu vois, Mo, faut pas croire tout ce que tu vois, faut pas croire que je valais rien.  Va pas croire toutes ces conneries sur les mineurs isolés comme disent les gens des associations et des ONG et des comités et des secours et des croix, ils comprennent jamais rien ces gens-là.  Je suis né ici, moi. De tous les gars, je suis le seul vrai Mahorais, j'ai mes papiers, demande-moi lequel, j'ai tout, acte de naissance, carte d'identité, j'ai même un passeport République française. Que savons-nous de Mayotte? Et bien... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 janvier 2017

Ma top liste 2016

Sur les 27 livres chroniqués par Je lisaulit en 2016 -car des livres j'en ai lus bien plus, mais sans les chroniquer tous, par manque d'inspiration à leur sujet- voici mes choix, ceux  qui resteront dans mon p'tit coeur, un choix totalement subjectif et personnel, mais sincère et passionné.  1.  Au commencement du septième jour de Luc Lang - Je lis au litUne magnifique errance intime et géographique, un road-movie existentiel et contemporain. Il doit reconnaître qu'il est proprement agrippé par l'histoire,... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2017

Petit pays de Gaël Faye

Je connaissais Gaël Faye par son album Pili pili sur un croissant au beurrre, son flow sur des ambiances musicales métissés et des textes pas mal tournés pour dire l'exil, le tiraillement entre deux cultures, la nostalgie de l'Afrique. Ce sont les mêmes thèmes qui reviennent ici dans ce roman, gros succès de librairie cet automne, encensé par la critique littéraire, parcours sans faute dans toutes les émissions télés et radios, puis prix Goncourt des lycées, prix France Culture Télérama. Au final 400 000 mille exemplaires vendus je... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 décembre 2016

Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson

Promis si j'en réchappe, je parcours la France à pied, se jure Sylvain Tesson sur son lit d'hôpital, après sa chute d'un toit où, légèrement imbibé de boisson, il se croyait à tort le roi du monde en faisant le guignol. Un an après, à peu près réparé, colonne vertébrale cloutée et visage de travers, le voici sur les sentiers, pas n'importe lesquels, ceux qui, oubliés et mal entretenus, traversent les départements les plus ruraux de France, ces coins dont on dit qu'ils sont enclavés.... Haute-Provence, Aveyron, Haute-Loire et bien... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 décembre 2016

La splendeur dans l'herbe de Patrick Lapeyre

  Plus tard, quand il serait désoeuvré, songea-t-il, il aurait tout le temps de regretter les moments dont il n'avait su profiter et de rejouer les scènes qu'il avait ratées.  Il pourrait même en réécrire les dialogues... Car leur vie ensemble avait été en fin de compte une longue conversation, continuellement recommencée, jusqu'à ce que l'un d'eux manque à l'appel, et que l'autre -lui, en l'occurrence- se retrouve seul, lesté de tout ce qu'il n'avait pas réussi à lui dire. Un roman délicieux, faussement léger, qui l'air... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 décembre 2016

Règne animal de Jean-Baptiste Del Amo

  J'ai lu Règne animal d'une traite, ce roman est absolument fascinant. Et pourtant,  quelle vision de l'humanité atroce... Nous voici immergés dans le misérable quotidien paysan d'une ferme au début du 20° siècle, jusqu'à la guerre de 14, puis bond en avant, trois générations plus tard, au coeur de la même exploitation ou plutôt de ce qu'elle est devenue dans les années 80 : un élevage industriel de porcs. Une constante : des hommes sous le joug du travail, éreintés et malades, pas plus heureux en 1910 qu'en 1980,... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2016

Chanson douce de Leila Slimani

Je vais essayer d'oublier mes griefs contre Gallimard qui a coupé l'herbe sous le pied de Stock, et surtout sous celui de Luc Lang qui méritait à mon humble avis mille fois plus le Goncourt que Leïla Slimani. Non que Chanson douce soit un mauvais roman, non, il est plutôt réussi dans son genre, mais bon, Au commencement du septième jour, bon sang, c'est autre chose, un autre souffle, un autre travail sur la langue. Passons....La folie ordinaire, juste là, tapie à nos portes, dans nos appartements douillets, tel est le thème de... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 18:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 novembre 2016

Continuer de Laurent Mauvignier

    Parce qu'il voudrait leur dire comment il a déjà rêvé qu'il les tuait, ses parents, qu'un jour il leur collait à l'un et à l'autre une balle dans le front (...) Ce qui était important, en revanche, c'était d'entendre la déflagration dans son cerveau, , de voir leurs corps inertes, de les voir pétrifiés dans une pose ridicule et tellement surprise, incrédule, scandalisée aussi, une pose où dans les yeux ils auraient le temps de dire quelque chose d'aussi con qu'un oh et de s'effondrer en laissant le silence gagner au... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :