24 février 2018

Eparse de Lisa Balavoine

  Et zut, voici typiquement le livre que j'aurais pu écrire -mais je n'ai l'ai pas fait eheh-, un livre sans prétention en apparence, mais sincère, parfois triste, souvent drôle, comme la vie.  La vie d'une femme d'aujourd'hui,  Lisa Balavoine, 43 ans, séparée, trois enfants. Une autobiographie ou autofiction, peu importe, éclatée, patchwork, composée de courts paragraphes allant de quelques pages à quelques lignes. Bien sûr on n'est pas dupe, l'ensemble résulte d'un montage de petits textes, de listes que l'on... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2018

Le dossier M. Livre 1. de Grégoire Bouillier

  Le dossier M., livre réalisé du désir demeuré désir. C'est seulement quand on parle au plus près de soi qu'on a une chance de parler aux autres. Dans ce livre vous trouverez...la plus longue scène de première rencontre que je connaisse en littérature -une bonne centaine de pages-, une analyse fort intelligente du lien entre la série Dallas et l'esprit des années 80, la plus frustrante des scènes de relation sexuelle -à peine amorcée, aussitôt avortée- de toute la littérature et de la vie- n'y allons pas par quatre... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 février 2018

Souvenirs dormants de Patrick Modiano

  Au cours de cette période de ma vie, et depuis l'âge de onze ans, les fugues ont joué un grand rôle. Fugues des pensionnats, fuite de Paris par un train de nuit le jour où je devais me présenter à la caserne de Reuilly pour mon service militaire, rendez-vous auxquels je ne me rendais pas, ou phrases rituelles pour m'esquiver : "Attendez, je vais chercher des cigarettes...", et cette promesse que j'ai dû faire des dizaines de fois et des dizaines de fois, sans jamais la tenir : "Je reviens tout de suite."Dix ans après Dans le... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 13:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2018

Dans le café de la jeunesse perdue de Patrick Modiano

  Voici un roman nimbé d'une tristesse infinie, sous l'égide d'une sombre mélancolie comme le souligne la citation de Guy Debord en exergue et tout entier placé sous le signe de la nostalgie. Une jeune fille surnommée Louki en est le point névralgique, silhouette mystérieuse autour de laquelle gravitent les narrateurs successifs qui se souviennent d'elle: un étudiant de l'école des mines qui ne se sent pas à l'aise dans son rôle d'étudiant, un détective privé chargé d'enquêter par son mari sur la disparition de Louki, un jeune... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 janvier 2018

L'occupation de Annie Ernaux

    Puiser régulièrement dans les textes de Annie Ernaux, par exemple dans le recueil Ecrire la vie, et en sortir encore et toujours convaincue que oui, c'est exactement ça, que ce que tu lis là, c'est exactement ce que tu as traversé à un moment donné, le nez dans le guidon souvent, et sans pouvoir effectuer les arrêts sur images qui auraient pu aider à prendre un peu de distance...Je relis L'occupation, et me voici sidérée par la force et la justesse qui s'en dégage. Pendant six mois Annie Ernaux a éprouvé... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 19:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
09 janvier 2018

Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel

  Voici un curieux objet, texte un peu foutraque et détraqué dans le bon sens, baroque. La trame? Parlons plutôt de point de départ. Le narrateur, un écrivain sans le sou qui vit seul dans un petit studio parisien, présente à Mickaël Cimino un scénario de 700 pages sur la vie de Melville, l'auteur de Moby Dick, ou plus précisément sur la pensée du grand écrivain, comparable, pour citer le narrateur qui cite Melville à propos de son cachalot, à " l' intérieur mystiquement alvéolé de sa tête". Tout un programme...... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 11:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2018

L'art de perdre de Alice Zeniter

      Alice Zeniter, dans L'art de perdre, s'empare de l'histoire de l'Algérie à travers le destin d'une famille dont l'histoire va être complètement chamboulée par la grande histoire. Naïma, double romanesque de l'auteur, revient sur son passé familial, interroge le silence, met au jour dans cet ample récit le parcours de ses grands-parents paternels kabyles puis de ses parents. Ali, le grand-père a pris le parti des français durant la guerre en voulant protéger sa famille ... il a mal choisi son camp, ou... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 11:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
19 décembre 2017

Survivre de Frederika Amalia Finkelstein

  J'ai avalé les images les unes après les autres, jour après jour, mois après mois, année après année. Et peu à peu l'horreur est devenue acceptable. Toujours écoeurante. Mais acceptable. Je veux dire humaine. Et c'est là qu'il faut lutter. C'est là, je me souviens, c'est là le plus dur, le plus cruel : il faut essayer de trouver cela choquant.  Les images de violence et de mort omniprésentes sur nos écrans hantent la jeune narratrice, la peur ne la quitte pas, et se renforce vitesse grand V suite à l'attentat du... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 16:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
15 décembre 2017

Point cardinal de Léonor de Récondo

Changement de prénom, changement de pronom ou de Laurent à Lauren, du Il au Elle. Le cheminement de Laurent  pour assumer son identité sexuelle et devenir une femme. Dis comme ça, on s'attend à un roman qui flirte avec le tape à l'oeil, le trash ou le voyeurisme. Le grand talent de Léonor de Recondo est au contraire d'inscrire cette histoire dans un quotidien familier, rassurant, dans un cadre familial banal. Car Laurent est marié depuis longtemps, père de deux adolescents, sa décision se mûrit au fil du temps, la maturation... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 14:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
08 décembre 2017

La petite danseuse de 14 ans de Camille Laurens

Très beau texte, inclassable, à l'écriture précise, qui mêle essai esthétique, réflexion sociologique et historique mais aussi méditation autobiographique. La petite danseuse de Degas, sculpture tout à la fois célébrissime et mystérieuse, fascine Camille Laurens depuis toujours. Ce texte rend compte, avec une grande réussite, de la  relation intime qu'entretient l'auteur avec cette oeuvre, tente de décrypter le mystère de cette affinité élective pourrait-on dire. Pourquoi une oeuvre et pas une autre nous touche-t-elle... [Lire la suite]
Posté par flopaulhac à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]