IMG_20171230_170857[1]

Quand on a la tête dans le brouillard, les neurones en vrac, sa capacité de concentration réduite à pouic et le moral à zéro, que lire? Tout vous tombe des mains, chaque deux phrases vous reprenez le fil de votre lecture, vous ne saisissez rien à rien... Alors vous prenez un roman de Angela Huth, un peu honteuse, ben oui les titres ne sont pas loin de la série Arlequin - Quand rentrent les marins, Amour et désolation, Folle passion, Tendres silences, Un fils exemplaire, Mentir n'est pas trahir-, j'en entends déjà certains qui ricanent, oui mais voilà c'est votre dernière chance...
Et là, la magie opère, les pages se tournent, les ruminations et les pensées sombres tournicotant en boucle s'apaisent, disparaissent. P....... ça fait du bien. Plongée dans l'Angleterre rurale, go vers les vertes prairies Outre Manche et les villages blottis autour de leur clocher. Là, les personnages de Angela Huth vivent dans des cottages centenaires so british, entre la bouilloire qui fume et les rosiers grimpants  aux fenêtres. Alors bien sûr, narration oblige, ces gens, ils ont leurs soucis, ou plutôt elles ont leurs soucis, car les "main characters" de ces romans sont, vous l'avez deviné, des femmes... Des soucis de couple, d'amour, de rivalité ou de jalousie, bref des soucis. Belle reporte tout son amour sur son fils Timothy lorsque son mari quitte le village et la quitte par la même occasion, Myrtle et Annie, femmes de marins écossais, vivent dans leur village une longue amitié entre trahison et soutien mutuel, Nell, amoureuse de Georges voit ses plans bouleversés par l'arrivée au village de Lily. Au village nous sommes, au village nous restons, c'est bucolique, vert, humide, fleuri, et on boit du thé toute la journée.  
Alors quoi? Prenons un peu de hauteur. Quel est le secret d'Angela Huth, pourquoi ses livres font du bien, me font du bien en tout cas? Et bien, lire Angela Huth, c'est  plonger tout d'abord dans une atmosphère, une ambiance, un décor. Angela, permettez-moi de vous appeler Angela, vous êtes fille de peintre, et vous-même êtes peintre. A l'instar des artistes anglais du XIX° siècle, vous avez voyagé très jeune en Italie et en France pour étudier l'art, mais oui comme dans les romans de Henry James. Et quand on vous lit, on voit... les jardins -anglais-, les cottages -anglais-, les paysages -anglais-. Une angleterre rêvée peut-être, imaginaire, qui n'existe peut-être pas, mais qu'importe, un univers s'impose. Quand je vous lis, je pense aux tableaux  impressionnistes, aux paysages à la Manet, et surtout aux intérieurs à la Bonnard. Des intérieurs douillets, coquets et colorés, des jardins fleuris. Car votre écriture, Angela, est merveilleusement picturale, visuelle, minutieusement dévouée à de petits détails concrets essentiels... la couleur d'un coussin, d'une tasse, voilà qui change tout non?... "Un énorme nuage, quadrillé par les carreaux d'une petite fenêtre, renferme suffisamment de clarté pour parer les flancs de la vieille théière des reflets irisés de l'essence sur l'eau : des filaments d'or et de mauve incandescents". 
Et puis, les personnages d'Angela Huth, qui vivent pourtant pour la plupart à notre époque, ne sont pas très connectés, et en tout cas ils ne sont pas perpétuellement devant leurs écrans, et ça, ça fait du bien. Et si par aventure, ils le sont, comme dans Mentir n'est pas trahir, ils en deviennent dingues, le téléphone portable étant dans ce roman au service du mensonge conjugal. Non, en lisant Angela, on plonge plutôt dans un cadre intemporel, où on va faire ses courses à pied à l'épicerie du coin, où on ne regarde pas la télé, où on se téléphone en parlant - en parlant à haute voix, oui oui-, bref, nous voici comme à l'abri du tumulte du monde, dans un espace-temps indéterminé, une Angleterre rêvée éternelle. Alors certes, Belle, Myrtle, Lily, ne se sentent pas toujours préoccupées par le sort du monde, elles sont plutôt en mode  le "nez dans le guidon", du genre tour à tour femme, épouse, amante, mère. Mais elles vivent quoi, comme moi, comme vous. Elles nous ressemblent... 

Savant dosage entre analyse psychologique distillée avec finesse, narration des presque rien de la vie ou des séismes de nos existences,  peinture d'un univers rural apaisant où la beauté a encore sa place...  Thanks a lot Angela. Il me reste encore deux-trois romans de vous que je n'ai pas lus, et tous les autres que je peux relire, en réserve pour la prochaine déprime.

 

Tous les romans de Angela Huth sont édités au Quai Voltaire, puis en folio Gallimard.