CVT_La-septieme-fonction-du-langage_8210

Roman ingénieux et brillant , La septième fonction du langage rebondit sur  la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette en 1980, à la manière d'une énigme policière. Le fameux intellectuel français est-il mort en emportant dans la tombe un secret d'importance, un secret révolutionnant les théories du langage que Seatle et Austin ont développées à la suite de Jakobson? Et ce secret serait-il en possession d'autres personnes qui se le disputent, prêtes à tout, même au meurtre, pour s'en emparer à jamais?
Pour résoudre cette énigme, est dêpéché Harvard, un genre d'inspecteur Harry un brin conservateur ou même carrément réactionnaire et aux méthodes expéditives, qui va être épaulé par Simon, jeune universitaire enseignant à Vincennes, repaire à l'époque de dangereux gauchistes révolutionnaires...
Une folle course poursuite s'engage alors à la recherche d'un document ultra-secret qui donnerait les clés de cette fameuse et hypothétique septième fonction du langage, en gros les clés de ce qui prolongerait ou même dépasserait  la fonction illocutoire du langage, selon laquelle, selon les propos de Austin "dire c'est  faire". Imaginez, cette septième fonction du langage permettrait de comprendre comment convaincre à tous les coups son destinataire, et, selon ses souhaits, le manipuler telle une marionnette. Politiques, professeurs, avocats, procureurs, amoureux transis, rêvent de posséder ce secret qui ferait de  la parole une arme implacable. 
L'enquête devient prétexte à une galerie de portraits des plus grands intellectuels des années 80, portraits tous plus drôles les uns que les autres, la palme revenant à celui de Philippe Sollers dont "la plus grande peur est de ne pas entrer dans la Pleiade un jour" et qui pérore à tort et à travers telle une pie écervelée. Sa compagne, Julia Kristeva, n'est pas piquée des hannetons non plus, sorte de figure hiératique glaçante et castatrice. Binet nous rappelle aussi que BHL était déjà en chemise blanche et partout où il fallait se montrer... on le chasse de la chambre d'hopital de Barthes en train d'agoniser, il réapparait illico, passé par la fenêtre! On rencontre aussi Foucault dans un sauna pour homosexuels, un Foucault que rien ne démonte, inébranlable, même nu, en érection, entouré de jeunes éphèbes. Binet fait revivre le milieu intellectuel parisien de l'époque,, nous emmène à Venise en plein carnaval à la rencontre de Umberto Ecco,  mais aussi aux Etat-Unis, puisque Derrida était une star et un professeur adulé là-bas. En France, nous sommes aussi en pleine période de campagne électorale, Giscard et Mitterand s'affrontent, le fameux débat télévisé entre les deux politiques revisité par Binet, c'est excellent. 
Toutefois, toutefois, un petit bémol, le roman codé a ses limites, il s'apparente parfois à un brillant exercice de style revêtant un petit côté lassant et systématique. Dans le genre, Un tout petit monde de David Lodge, grand roman drôlissime qui taille un costume aux universitaires et intellos de la mouvance structuraliste,  semble plus réussi. Car La septième fonction du langage nous perd parfois dans les théories énoncés, Binet en fait un peu trop, et les joutes oratoires sont parfois assommantes - ou est-ce moi qui suis mauvaise élève?-. J'en suis venue à me demander à quoi rimait tout cela, le roman vise-t-il juste à amuser les lecteurs  tout en les persuadant qu'ils font partie d'une élite intellectuelle, et à revisiter une époque où la gauche prenait le pouvoir?
Bref j'ai commencé ce roman dans l'enthousiasme, ravie par l'originalité et la drôlerie qu'il dégage, mais je l'ai achevé fatiguée et légèrement à distance, même si le dernier chapitre clot l'ensemble avec brio. Car dans une ultime pirouette, le pouvoir du langage  et de l'écriture ne sont-ils pas démontrés? CQFD.

Ed. Grasset, 2015