téléchargement

Je n'ai pas lu Priez pour nous, le premier récit autobiographique de Lionel Duroy, texte qui a occasionné une rupture radicale avec toute sa famille : son père, ses 10 frères et soeurs et bien sûr sa mère, figure centrale, le sujet et la cible du récit. J'aurais peut-être dû, car Le chagrin revient longuement sur ces années d'enfance marquées par le chagrin, sur la relation difficile et conflictuelle entre l'auteur et sa mère, sur la figure à la fois courageuse et pathétique du père, ainsi que sur les circonstances de l'écriture de Priez pour nous, texte exutoire et nécessaire selon les propos du narrateur pour mettre à distance le monstre maternel.

La première partie du du Chagrin s'avère passionnante, digne d'un roman à suspens. Dans cette épopée familiale, chaque catastrophe loin d'être la dernière, est suivie d'une autre dégringolade... et le la curiosité malsaine du lecteur est alimentée à chaque fin de chapitre puisque l'auteur prend soin de nous avertir que le pire est encore à venir...lettre d'huissier, expulsion, coupure d'électricité, crise de nerf de la mère, climat familial terrifiant... Le tout se lit comme un Stephen King, on assiste avec une sorte de délectation perverse à la lente mise à mort d'une famille. C'est terrible, horrifiant, et pourtant on se surprend à sourire devant la bêtise monstrueuse de la mère, face à ses propos idiots ou racistes, ses goûts de bourgeoise déchue et devant les trésors d'ingéniosité que déploient le père pour mentir à sa femme et la calmer durant les moments difficiles. Le tragique des situations se transforme ainsi en burlesque et Lionel Duroy réussit à faire rire des drames qu'il a vécus enfant en maniant l'auto-dérision et le rocambolesque.
En revanche, j'ai beaucoup moins apprécié la seconde partie du livre, qui aborde la vie adulte du narrateur, ses histoires de couple, et sa vie professionnelle. C'est beaucoup moins écrit, le style se relâche, devient journalistique, cela tombe dans le factuel et l'anecdotique, avec en prime un brin de mauvaise foi et d'auto-satisfaction. Dommage...

Ed. Juliard, 2010